vous êtes actuellement sur le site officiel de

Christophe Delbrouck

(écrivain musicien)

       
 
 
ACTUALITES
LIVRES
MUSIQUE
CONFERENCES
COURS DE BASSE
CONSERVATOIRE
PRESSE
 
LIVRES
Ma trilogie sur Zappa est disponible dans sa réédition en poche. Le second tome de la trilogie British Rock est paru depuis septembre 2015 sous l’intitulé Swingin’ London. Il concerne la période 1964 – 1968, c'est-à-dire la psychédélie, le rock Baroque, le Blues Boom... Merci à Albert Algoud de parler de ce bouquin sur France Inter. C'est sympa. Le tome 3 est déjà terminé. Ça va aller de 1968 à 1971. C’est également assez dense avec le rock progressif, les débuts du glam rock, le hard rock, la fin des Beatles… Il est annoncé pour août 2017.
     
     

Le projet de parodie de dico du rock avance calmement. En tout cas, moi j'ai terminé les textes !... Ce bouquin doit sortir aux éditions Goater l’année prochaine. Marina Gélineau va réaliser les illustrations complémentaires. Le bouquin relate sans prétention aucune l’histoire véritable d’Elvis Presley, des Beatles, de James Brown, de Michael Jackson, de Ray Charles, de Bob Dylan et autres Jimi Hendrix. Voilà ce que donne le coup de crayon de Philippe Puiseux.

             
     
             
       
     

BIBLIOGRAPHIE COMPLETE

       
     
  2016 : Frank Zappa et l'Amérique parfaite / Tome 3 (réédition en poche dans la collection Castor Music)

Bon et bien j’ai oublié de jeter un œil aux articles de presse sur ce truc…

     
  2015 : British RockTome 2 (Swingin’ London) 1964 – 1968 (éditions du Castor Astral)

« Avec son talent d’écriture et ses connaissances encyclopédiques, Christophe Delbrouck continue son étude passionnée du rock anglais... Cet ouvrage, qui se lit comme un roman, s’avère définitivement incontournable. » (Raymond Sérini / Nouvelle Vague)

Merci à Tony Marlow pour son article dans Juke Box

     
  2015 : Frank Zappa et la dinette de chrome / Tome 2 (réédition en poche dans la collection Castor Music)

« Erudit, généreux, dense et passionnant. Un ‘’must have’’ pour les fans de Zappa et de musique en général. » (Jacques Lerognon / Nouvelle Vague)

     
  2013 : Frank Zappa et les mères de l’invention / Tome 1 (réédition en poche dans la collection Castor Music)

Merci à Jean-Pierre Simard pour sa chronique dans le numéro d’été du magazine Rolling Stone.

     
  2013 : British Rock Tome 1 (Le temps des pionniers) 1956 - 1964 (éditions du Castor Astral)

« Affaires de pouvoir et d’argent, manipulation des foules, rôle capital de la radio et enfin de la télé. Tout est rapporté : exploitation commerciale, mélange de visionnaires financiers et de voyous, de publics parfois naïfs, émergence des filles comme égéries parfois ou même musiciennes, séduisantes et groupies, récits de folies, bref, l’aspect sauvage du rock dans toute sa splendeur. Sans oublier le côté égocentrique de la Grande Bretagne, le rôle des classes sociales, du racisme, de l’éducation artistique, bref, c’est passionnant et foisonnant. Et quand, à la page 403, on lit ‘’fin du premier tome’’… on se dit qu’on continuera l’aventure avec plaisir car il faut souligner la qualité de l’expression, sa précision et son humour. » (JB / Le cri du Coyote)

« Je reste toujours admiratif sur le travail de Christophe Delbrouck qui m’a déjà complètement séduit avec ses ouvrages sur Carlos Santana et Crosby, Stills & Nash. Il est rare de lire des bouquins sur le rock qui traitent de façon si documentée leur sujet. [...] L’auteur aborde la musique de façon sérieuse, mais jamais de façon rébarbative ni prétentieuse. Un vrai plaisir de lecture pour tout quidam qui se passionne pour la musique et son histoire. » (Didier Demeslay / Band Of Dixie)

     
  2011 : Frank Zappa Comics Tribute (éditions de l'Oeuf)

Ca c'est un recueil en bande dessinée réalisé par un collectif d'artistes dont le meneur s'appelle Darwin Toucourt, un illustrateur de Rennes. Il m’a demandé d’écrire la préface.

     
 

2011 : Live, Une histoire du rock en public (éditions Le Mot Et Le Reste)

Pour ce qui me concerne il s’agit d’une commande sur différents sujets : les clubs américains, les grandes salles anglaises, les festivals et une flopée de groupes et d’artistes dont les Beatles, Cream, les Doors, Jimi Hendrix, les Who, Joe Cocker, Crosby Stills Nash & Young, Elton John, Miles Davis, Santana, King Crimson, Robert Wyatt, Weather Report, Frank Zappa, Magma, Police, Cure…C'est dans la collection Formes.

Les autres chroniqueurs sont Yves jolivet, Guillaume Ruffat et Emmanuel Chirache.

     
  2010 : Weather Report (Edition Stampa Alternativa)

Ca c'est la traduction italienne de mon bouquin sur Weather Report. C'est aux Editions Stampa Alternative dans une collection (New Jazz People) dirigée par Gianfranco Salvatore.

Personnellement je ne comprends rien à l’italien, mais c’est super…

     
 

2009 : Crosby, Stills, Nash & Young (éditions du Castor Astral)

"En l’espace de quelques pages, on est réellement happé par cette biographie de CSN&Y, la première en français. L’enfance touchante de Nash en Angleterre, la subtile analogie entre le père de Crosby, passionné de voile, et Errol Flynn, les tribulations musicales du surdoué Stills jusqu’au Costa Rica : une foule d’infimes détails – qui font si souvent la différence dans les ouvrages anglo-saxons – tisse le fil de quatre destins uniques qui finissent par se croiser pour inventer le folk rock californien, du côté de Laurel Canyon à la fin des sixties. Superbe !'' (Rolling Stone)

"A travers ce passionnant ouvrage, c’est toute la saga d’une époque et d’une génération qui est racontée." (Didier Pennequin / Le Quotidien du Médecin)

"En aurons-nous un jour assez du rêve américain ? Nous lasserons-nous un jour des années 60 et 70 ? En finirons-nous un jour avec le Troubadour et Laurel Canyon ? Sans doute pas, tant se concentrent en ces lieux et ces dates la geste même du folk-rock : ses aspirants chevaliers, ses faits d’armes, ses rivalités, ses succès démesurés, ses échecs, ses désillusions… Le bel ouvrage de Christophe Delbrouck témoigne de l’une de ses épopées, et non des moindres. A travers les destins individuels, puis collectifs, de David Crosby, Stephen Stills, Graham Nash et Neil Young, c’est tout un pan de l’histoire musicale américaine que l’on peut suivre. Bien avant que les quatre lettres CSNY ne s’inscrivent au fronton de la scène californienne, ces hommes auront connu des parcours passionnants. On les accompagne à travers les continents, de galères en premiers signes de reconnaissance, d’émancipation familiale en volonté puissante de réussite. S’appuyant sur une bibliographie détaillée, fourmillant de citations, l’ouvrage de Christophe Delbrouck est à la fois limpide dans son récit et particulièrement complet. On se laisse happer par cette histoire multiple où tous les éléments de la dramatique folk-rock auront été au rendez-vous : on s’admire, on se jalouse, on se construit, on se détruit ; le tout avec les excès d’usage (amours et drogues)… Peu s’en relèveront intacts. 500 pages de haute volée." (Keyboards Recording)

"Christophe Delbrouck nous retrace l'histoire de cette formation mythique avec le talent qu'on lui connaît et nous permet de comprendre de l'intérieur son évolution à travers la décennie." (Raymond Sérini / Nouvelle Vague )

     
 

2007 : Weather Report "une histoire du jazz électrique" (éditions Le mot et le reste)

"A juste raison considéré comme l'un des seuls, si ce n'est l'unique ensemble de jazz rock encore écoutable trente ans après, Weather Report reste avant tout l'aventure inouie de deux enfants de Miles Davis pour échapper à l'omnipotence du sphinx noir : Joe Zawinul, l'Autrichien un rien despotique et authentique sorcier des claviers, et Wayne Shorter, pas mécontent de laisser au vestiaire la défroque de nouveau Coltrane qu'on l'obligeait à porter. Jour après jour, comme s'il avait été dans l'ombre du groupe, Christophe Delbrouck décortique avec science et gourmandise l'épopée musicale et humaine de Weather Report, des débuts plutôt atmosphériques et free aux tournées marathon des stades. Un roman dont la langue décrit comme rarement la chose musicale." (François Julien / VSD-

"L'ami Delbrouck, grand encycolopédiste devant l'éternel et bassiste-leader du Nasal Retentive Orchestra (orchestre entièrement dévoué à la musique rigoureuse et folle de Frank Zappa), vous l'avez déjà lu dans Muziq ou dans Jazz Magazine. Ses livres ont le chic pour nous faire (re)plonger dans l'oeuvre des plus grands : sa trilogie consacrée à Zappa, dans le genre bouillonnante (de savoir) et débordante (de passion), est inégalable. De Weather Report, il semble également tout connaître par coeur, mais ce n'est pas seulement ceux qui ont fait la légende de ce groupe (Joe Zawinul, Wayne Shorter et Jaco Pastorius principalement) qu'il rappelle à notre bon souvenir, mais toute une époque : celle du jazz électrique. Contrairement à tant d'autres groupe, Weather Report ne se reformera jamais - on sait pourquoi. Le chapitre est clos, raison de plus dévorer les seize qui composent cette somme aussi éclairée qu'éclairante, car c'est bien la musique - et les musiciens - que Delbrouck met en lumière, n'étalant ses connaissances que pour mieux les partager." (Frédéric Goaty / Jazz Magazine)

"Une histoire du jazz électrique : sous-titre parfait pour l'ouvrage de Christophe Delbrouck, déjà auteur d'un Zappa de référence. Car s'il consacre les trois quarts de l'ouvrage à l'oeuvre du groupe phare des années 1970 et 1980, il la met en perspective. Les antécédents de Joe Zawinul et Wayne Shorter sont épluchés à la loupe pour éclairer leur collaboration future. Delbrouck a compilé un nombre impressionnant d'entretiens et d'articles ou de chroniques publiés notamment dans la presse française pour nourrir sa chronologie très détaillée de l'oeuvre. Tout juste regrettera-t-on qu'il s'abrite parfois trop derrière les commentaires des autres, car ses propres analyses sont absolument pertinentes. Et sans admiration béate. Il pointe très justement le creux du début des années 1980, les excès de comportement de quelques-uns des acteurs de l'aventure ou la tentation du business. A l'inverse, il réabilite avec raison l'avant-dernier album, ''Sportin' Life'', trop souvent négligé, comme l'un des sommets du parcours. Surtout, d'un bout à l'autre, Christophe Delbrouck tient le fil d'une oeuvre collective qui dépasse les seuls talents de Zawinul et Shorter." (Alex Dutilh / Jazzman)

"Le groupe mythique est dissous depuis près de vingt ans et il aura fallu tout ce temps pour que paraisse enfin une étude exhaustive sur le « Bulletin Météorologique » (ce qui est arrivé de mieux dans le Jazz électrique), grâce à Christophe Delbrouck, musicien, compositeur, journaliste, auteur de nouvelles et de biographies musicales sur Frank Zappa, Carlos Santana et les Who. L’auteur réalise là un vrai tour de force : raconter l’épopée (le mot n’est pas trop fort) du groupe à partir de la rencontre des deux musiciens créateurs - initiateurs, Wayne Shorter et Joe Zawinul. On apprend tout sur les deux musiciens principaux d’abord avec leurs portraits croisés (leur première rencontre chez Maynard Ferguson, leurs engagements respectifs chez Blakey ou Dinah Washington et les frères Adderley, les appels de Miles Davis à Wayne Shorter, les rencontres de passage, leur intégration dans le groupe de Miles et l’importance pour eux de In A Silent Way, Bitches Brew, les disques sous leur patronyme (''Supernova'' pour les métissages ethniques, la progression des climats ou des sensations ; ''Zawinul'', pour les alliages sonores et le choix des timbres...). L’auteur raconte ensuite la genèse de W R, le choix des musiciens, les répétitions, les enregistrements, les disques, les tournées, les joies, difficultés, problèmes, discussions, départs, remplacements de personnel, déboires, doutes et interrogations, notamment au début des années 80… tout cela émaillé de citations (formidable travail de collectage aux sources diverses, références (révérences aussi notamment envers Laurent Goddet qui fut l’un des premiers -avec moi- à défendre le groupe en comité de rédaction de Jazz-Hot), appréciations, considérations, déclarations, affirmations, négations… Chaque composition et chaque disque est finement analysé, l’auteur argumentant ses propres opinions ainsi que ceux des autres chroniqueurs (notamment les caractères, attitudes et comportements des musiciens…). Dans ce livre conçu dans l’ordre chronologique, on suit avec un intérêt constant les péripéties et évolutions de ce groupe « électrogénial », à forte composante onirique et poétique, au son inimitable, ayant humé et respiré tous les parfums de l’air du temps, colorié toutes les cartes du bulletin… ce que l’auteur résume parfaitement : Weather Report est seul à magnifier l’héritage d’un jazz pluriethnique par une richesse et une inventivité plus autoritaire d’année en année. Est-il nécessaire de vous recommander, non seulement de lire ce beau gros livre définitif (roman d’aventures personnelles et musicales), mais aussi d’écouter et réécouter tous ces albums indispensables dont les sillons n’ont pas pris une seule ride (si j’ose dire)… et c’est pourtant bien vrai." (Jacques Chesnel / Culture Jazz)

"Le grand expert français de Frank Zappa (sa trilogie au Castor Astral est inégalable) nous conte la grande aventure du plus célèbre groupe de jazz fusion, créé en 1971 par Joe Zawinul et Wayne Shorter, et au sein duquel Jaco Pastorius, entre autres, se fit connaître. Ceux qui croyaient tout savoir vont en être pour leurs frais ! Passionnant et cultivé." (Julien Ferté / Muziq)

"Du livre disque passons au livre tout court avec la parution chez Le Mot et le Reste de Weather Report - Une Histoire du Jazz Electrique signée Christophe Delbrouck. Weather Report c'est une aventure de 15 ans entre 1971 et 1986 autour de Wayne Shorter et de Joe Zawinul une aventure mouvementée qui vivra d'importants changements d'instrumentistes, révèlera une flopée de surdoués et restera au Panthéon musical comme le représentant absolu d'un jazz électrique habillé de cuir et ouvert aux musiques du monde. Mais au delà de cette énorme aventure musicale, il y a une autre, une aventure humaine qui commence dans une Autriche occupée par l'Allemagne nazie pour Joe Zawinul et dans une banlieue cossue de New York pour Wayne Shorter. Et très franchement si vous vous fichez complètement du jazz rock et de Wayne Shorter et de Joe Zawinul, ce livre de Christophe Delbrouk risque bien, grâce à la qualité de son écriture et aux choix judicieux de ce qu'il y a d'intéressant à raconter ou pas, va vous entrainer comme un roman d'aventure qu'on ne parvient pas à lâcher." (Bruno Lefort / France Musique)

     
 

2007 : Les Who (éditions du Castor Astral)

''Ma compagne, l'autre jour, me demandait si je n'en avais pas marre de lire des biographies... Prétextant que, grosso modo, c'était toujours la même chose, la même histoire. Ce qui n'est pas faux et l'on se rend vite compte que, dans l'ensemble, les musiciens qui nous fascinent ont suivi plus ou moins le même chemin, connu les mêmes histoires, ou presque. pourtant, en démarrant cette lecture d'un groupe dont l'histoire est archi-connue, je me remettais encore une putain d'histoire du rock'n'roll dans la tronche. Et revenir sur la timidité maladive de Townshend, ses destructions de guitares et d'amplis, les moulinets de micro de Daltrey et sa peur de devoir un jour retourner bosser à l'usine, les facéties destructrices de Keith Moon et le costume de scène, squelette, de John Entwistle pouvaient sentir le rabâché. Or, il n'en fut rien et l'immersion dans le bouquin de Delbrouck me redonna l'envie furieuse de replonger dans une discographie sélective du groupe, chose que je ne faisais plus depuis des temps lointains. Plus connu pour ses écrits de qualité sur Frank Zappa (tiens, un autre maître !) Christophe Delbrouck nous fournit une copieuse biographie extrêmement bien documentée sur ce groupe de mauvais garçons du Swinging London, devenue aujourd'hui plus qu'une vraie référence, une légende vivante !" (Jean-Do Bernard / Crossroads)

"Cette saga est bienvenue. Christophe Delbrouck, déjà auteur d'une bio en trois tome sur Frank Zappa, a effectué un superbe travail de recherche. Tout y est, de la formation, au moindre accidentr de la route. (...) Le plus important est l'analyse de l'auteur sur la manière dont le groupe mena sa carrière, ses choix de renouvellement (Tommy), ces chef-d'oeuvres ignorés, jusqu'au remplacment de Keith Moon par Zak et la mort d'entwistle en 2002 0 la veille d'une tournée US. Une discographie assez complète (pressage anglais), filmographie, bibliographie et iconographie : ce livre comporte l'une des meilleures photos de Pete Townshend perforant ses amplis avec ce qui semble être une Start montée d'un manche de Rickenbacker. Faites-vous plaisir." (Romain Decoret / Guitarist Magazine)

''L'automne dernier, Pete Townshend annonçait dans ces pages l'élaboration de ce qui restera, peut-être, le projet le plus ambitieux de sa longue carrière : une autobiograhie. Pas la peine de retenir son souffle pour autant. D'après le guitariste/auteur/compositeur/producteur des Who, celle-ci, en cours d'écriture stagne actuellement autour desreprésentations de Tommy au théâtre des Champs-Elysées en 1969. En attendant une date de sortie qui ne devrait pas parvenir avant (au moins) une décennie, The Who, une biographie détaillée signée Christophe Delbrouck, grand spécialiste de la question Zappaïenne, retrace l'épopée des 'orribles 'oos. Un travail chronologique qui combine interviews d'époque, compte-rendu de tournées et une approche singulière de la discographie inégale des Who. Ainsi, Delbrouck, tout en magnifiant les incontournables Tommy et Who's Next, trouve des valeurs rédemptrices à certains extraits de Face Dances (1981), soit la façette honteuse des travaux de Pete Townshend (le génie tourmenté), Roger Daltrey (le frère ennemi), John Entwistle (le gentleman décalé) et Keith Moon (l'histrion autodestructeur)." (Keyboards)

"La taille de mon nez est la seule raison pour laquelle je me suis mis à la guitare'', déclarait Pete Townshend. Voilà une bonne raison de louer l'injustice de la nature. De fait, les Who ont longtemps été le meilleur groupe du monde. Car, contrairement à leurs concurrents directs des sixties, ils possédaient un discours. Un discours qui s'adressait directement à la génération d'après-guerre, Mods ou pas Mods, et canalisait sa rage d'exister. La biographie que leur consacre Christophe Delbrouck - par ailleurs auteur d'excellents ouvrages sur Frank Zappa - est exactement ce que devrait être toute bonne biographie : une somme d'informations, de détails précis sur cette trajectoire rock unique, qui à l'époque redonna une identité à la jeunesse anglaise. Tout paragraphe est agrémenté de citations piochées dans 40 années d'interviews, et chaque album critiqué morceau par morceau. Vu que l'on connait la fin, cela se lit comme une tragédie avec l'envie irrépressible de revisiter la discographie.'' (Gilles Duhem / Magic)

''De tous les groupes mythiques des années 60, revivalisés aujourd'hui à tour de bras, érigés en étalons du bon goût rock ou de l'innocence ante-commerciale, exploitant leurs gros pécules de célébrité et de vieux fans fidèles ou séduisant de jeunes nostalgiques, seuls les Who restent finalement à l'écart, décalés, limite sous-estimés dans l'histoire du rock et on dirait bien, relativement méconnus des nouvelles générations. L'excellente biographie de Delbrouck vient à point réparer cette énorme injustice et rappeler aux gamins quelques fondamentaux de cette bande de oufs. Ouais, ils n'ont peut-être pas inventé le rock mais ils ont les premiers déchiré les oreilles avec un mur de son de folie et litteralement rendus dingues leurs fans déchaînés en cassant par wagons : micros, guitares, amplis et batteries. Furieusement agressifs, paumés, mal dans leurs peaux, leurs titres cathartiques rallieront leurs congénères à un rock ultra-bruyant, dur et méchamment rebelle. Ne pas se fier à leur air propret de la photo de couverture, ces types-là étaient de vrais malades et leurs énergies délirantes ont littéralement fait exploser le rock. Allumés notoires, personnalités exceptionnelles, immenses consommateurs d'alcool et de défonces, après les premières années survoltées de créativité débridée, la belle histoire des Who s'assombrit sous l'avalanche de drogues qui exacerbent les conflits, minent leurs relations et détruisent physiquement. Brillante, et souvent réjouissante - Ah ! Les blagues de Keith Moon - exhaustive et pas chiante, fan mais pas aveugle, cette biographie impeccable est un véritable hommage à des monstres sacrés trop négligés et cette lecture indispensable est à ranger aux côtés des meilleurs titres de notre histoire de rock." (Agnès Leglise / Rock & Folk)

"30 ans de maximum Rhythm'n blues titrait un slogan vengeur sur une compilation du groupe le plus énergique et irresponsable que le rock anglais ait jamais connu. Quatre jeunes gars des faubourgs de Londres, moins éduqués que les Stones, moins nunuches que les Beatles, The Who deviennent en l'espace de trois chansons (''I Can't Explain'', ''Anyhow, Anywhere, Anytime'' et ''My Generation'') les leaders d'un rock brutal et haché, gavé d'amphés et d'histoires de prolos, amenant à eux toute une faune de jeunes gens révolté : le mouvement Mod est né est les Who seront l'emblème, le porte-drapeau et la voix (hurlante, bégayante) de ces jeunes qui copient le style vestimentaire (le fameux costume taillé dans l'Union-Jack) et le style de vie de ces Who indomptés. Roger Daltrey, la petite frappe aux allures de play-boy louche est un chanteur à la carrure impressionnante. Pete Townshend, l'âme torturée du groupe, longue tige au nez démesuré se vengera en composant les hymnes de la colère (de ''My Generation'' à ''Won't Get Fooled Again'') et en détruisant systématiquement ses guitares. John Entwistle ser al'ombre débonnaire toujours en retrait, parce qu'il faut bien laisser la vedette à Keith Moon, batteur hors pair et fou furieux à la scène comme à la ville. Leur histoire est ici racontée, sur le mode des bios anglo-saxonne, sur près de 400 pages. L'auteur, qui connaît parfaitement son sujet, ne laisse aucune zone d'ombre et analyse ainsi un parcours chaotique, déroutant, dramatique et souvent surréaliste qui accompagnera les Who jusqu'au bout.'' (Start Up)

     
 

2006 : Frank Zappa et l'Amérique parfaite / Tome 3 (éditions du Castor Astral)

« S'il nous a laissés de magnifiques pièces guitaristiques (''Black Napkins'' dans Zoot Allures, ''The Sheik Yerbouti Tango'' dans Sheik Yerbouti) et un sceau indélébile dans son utilisation de la pédale wah-wah, Frank Zappa était avant tout un compositeur et un chef d'orchestre. Son combat pour le faire savoir dans une Amérique bien-pensante fut unique dans l'histoire du rock. Mal compris dans sa démarche iconoclaste et avant-gardiste, boycotté par les radios US, Zappa finit par se lasser des croche-pieds perfides de l'establishment à son égard. Aussi critique vis-à-vis des politiciens conservateurs de son pays qu'ironique face à la béatitude hippie en vogue dans les seventies, Zappa décida de s'engager en politique dans les années 80, se présentant même à la candidature suprême. Citoyen en colère et créateur révolté, il dénonça le comportement absurde des décideurs et la dangerosité des intégrismes de tous bords. cette copieuse biographie, scrupuleusement documentée, retrace l'ultime combat du maître. Elle s'achève sur sa disparition, en décembre 1993, causée par un cancer. Ce fut la fin d'un génie musical et d'un esprit libre, au sens indomptable du terme. Ce livre est le troisième volet d'une trilogie entamée avec Frank Zappa et les mères de l'invention (1940 / 1972), suivie de Frank Zappa et la dînette de chrome (1972 / 1978). Expert Zappeïen par excellence, Christophe Delbrouck, lui-même compositeur et bassiste, continue ici son imposante analyse en forme d'hommage de l'oeuvre de Frank Zappa. Parallèlement il perpétue sa musique sur scène avec son Nasal Retentive Orchestra, une formation entièrement dédiées aux compositions Zappaïennes. » (Guitarist Magazine)

« Peu de créateurs suscitent un tel intérêt pour qu'un biographe leur consacre une grande partie de son temps et de son énergie. Ce que fait Christophe Delbrouck qui, après Frank Zappa : Chronique Discographique (Parallèles, 1994) a entrepris d'écrire la vie et l'oeuvre de Zappa. Succédant à Frank Zappa et les mères de l'invention (Tome 1 - 2003) puis à Frank Zappa et la dinette de chrome (Tome 2 - 2005) voici la suite et la fin de cette saga zappaïenne : Frank Zappa et l'Amérique parfaite (Tome 3 - 2006), un pavé de 480 pages qui force le respect. Travail fouillé, sérieux, informé et didactique, cette trilogie permet une meilleure approche de la musique. »(Jean-William Thoury / Jukebox Magazine)

« Delbrouck a fait un boulot extraordinaire. Gloire à lui. » (Jacky Berroyer / Vibrations)

« Le troisième et dernier volet de la trilogie par un spécialiste (Delbrouck est aussi le fondateur du Nasal Retentive Orchestra) est également celui susceptible de séduire les non-initiés aux délires musicaux du génial moustachu. Après Frank Zappa et les mères de l'invention, Frank et la dinette de chrome, Frank Zappa et l'Amérique parfaite explore les dernières années du musicien. Suivant Zappa de 1978 à 1993, Christophe Delbrouck détaille une oeuvre pléthorique, parcourue d'autant de chefs-d'oeuvre (Joe's Garage en 1979, le coffret Shut Up'n Play Yer Guitar en 1981) que de concept-albums incompris (le triple de Thing Fish en 1984). Au-delà des audaces rythmiques de Zappa, L'Amérique Parfaite détaille son combat citoyen face aux incohérences de l'industrie du disque (voir le massacre opéré par la Warner sur Baby Snakes) puis contre la censure rampante orchestrée par Tipper Gore, initaitrice des stickers Parental Advisory. "Entre Lenny Bruce et Tex Avery'', les pérégrinations de Zappa le mèneront jusqu'à un ultime pied de nez : sa candidature à l'électrion présidentielle. Zappa n'ira pas jusqu'au bout de la bataille, rongé par le cancer qui l'emportera en décembre 1993. » (Keyboard Recording)

« Un ouvrage de référence.» (Rolling Stone)

"Il y a quelques mois, je recevais ce bouquin édité par Le Castor Astral, il m'a fallu un long moment pour le lire, ce qui a permis à mes sentiments de varier à l'égard du contenu. (...) Christophe Delbrouck en plus d'être un auteur rigoureux et précis, est aussi un musicien accompli. La passion de ce mec à l'égard de Zappa va au delà de tout ce que j'avais vu à ce jour. Ici, pas d'approximation, pas d'a peu près, une recherche méthodique et absolue aura été menée, c'est suffisamment rare pour être précisé. (...) Si vous êtes fans de Frank Zappa, vous allez tomber à la renverse en lisant ce bouquin et je reste ébloui par la qualité du travail de Christophe Delbrouck. Ce livre nous plonge dans une émotion réelle. Zappa était un homme hors du commun. Je comprends mieux aujourd'hui le respect qui lui est témoigné. Je vous souhaite à tous, de prendre autant de plaisir que j'en ai eu à lire ce livre." (Ricardo / La Guitare)

     
  2005 : Frank Zappa et la dinette de chrome / Tome 2 (éditions du Castor Astral)

« Frank Zappa reste une énigme dans la fabuleuse légende du rock. Il suffit de lire Christophe Delbrouck : « Réformiste sempiternellement avisé de toutes les tares, Zappa pratique à outrance le terrorisme culturel, diffuse ses propres vérités maquillées sous un humour décadent et libertin, habille sa propre gloire des caractéristiques ubuesques, imposant l’imagerie underground du héros psychédélique trônant sur des cabinets. » Tout doucement, on redécouvre celui qui remît en question de nombreuses théories avec son laboratoire musical qu’étaient les Mothers Of Invention. Grâce à Delbrouck, Zappa se rend plus accessible. Ce second volume couvre sa période la plus faste. L’auteur use d’un style narratif à la manière de ses illustres confrères anglo-saxons, afin d’éviter l’aspect journalistique académique de la banale biographie. Si vous êtes sensibles à Nick Tosches, Lester Bangs et autres Nick Cohn, vous serez à votre aise ici. » (Patrick Foulhoux / Rolling Stone)

"Here is part two of Christophe Delbrouck's excellent trilogy on Frank Zappa. Counting almost 400 pages, this volume takes an in-depth look at Zappa's seventies. The albums, the different compositions, the musicians, they all pass in review. I probably told you this last time and I will repeat it once more: this series of books is just the reason you need to brush up your French vocabulary. If this book (or this series of books) had been published in English, it would be on the shelf of every Zappa / Mothers fan. And the magnificent cover illustration is by French comic book artist Jean Solé. " (Peter Van Laarhoven / United Mutations)

« Ce volume couvre les années 70 et fourmille toujours autant d’anecdotes et d’informations érudites. Je ne suis pas fan de Zappa, mais ce livre n’en est pas moins passionnant, et, ce qui ne gâte rien, particulièrement bien écrit. Comme pour le tome 1, le dessinateur Solé s’est fendu d’une couverture splendide. » (Hugues Barrière / Crossroads)

« L’érudition zappaïenne de Delbrouck m’épate. Me sidère même. Quelle est la superficie de la pièce où il entasse sa documentation ?… Et en plus d’écrire sur Zappa (avec beaucoup de cœur et de savoir partagé), il dirige le Nasal Retentive Orchestra, réjouissant combo d’agitateurs évoluant évidemment dans la zappasphère sonique. Ce livre, deuxième volet de sa trilogie, quadrille en mode hyper-érudition la période la plus populaire de Zappa, les années 1972-1978, celles des chefs-d’œuvre à répétition, des 33t magiques qui ont marqué plusieurs générations… Celles où, peut-être, Zappa a scellé pour l’éternité sa relation complexe avec le grand public, entre distanciation cynique et amour inconditionnel de la performance musicale, toujours entre humour débridé et discipline d’acier. Aux néophytes et aux passionnés ce livre est destiné, car il vous en apprendra de belles – en fait, vous allez tout savoir – sur ce musicien majeur. Bonne lecture. » (Frédéric Goaty / Muziq)

     
 

2003 : Zappa Par Zappa (éditions L'Archipel)

On m’a demandé d’écrire l’avant-propos de l’autobiographie de Frank Zappa.

     
  2003 : Frank Zappa et les mères de l’invention / Tome 1 (éditions du Castor Astral)

"Now here's something else. 360 pages and a stunning front cover by comic book artist Solé, and this is only the first in a series of three. Christophe Delbrouck takes on Zappa's early years. He starts with Zappa's childhood, the Bicycle Concerto, Studio Z in Cucamonga and focusses on my favourite band of all time, the Mothers Of Invention, ending in 1971 with the Montreux fire. I like this book. It does not present stuff that is new or revealing, but it does give a very fine chronological listing of what happened and of how certain things came about. Delbrouck cites a lot from interviews with Zappa but also with the Mothers, which makes the book very enjoyable reading. It's like he had all these people around a table, telling him what it was like in these early days. If your native tongue is French, you shouldn't hesitate. This is the best book on Zappa & the Mothers that you can find. If you speak another language, but you're able to read French, you might want to give this one a try. It's not too tough to read and it's a very enjoyable book." (Peter Van Laarhoven / United Mutations)

"Il faut plonger dans Frank Zappa et les mères de l’invention, premier volume d’une biographie superbement détaillée. Musicien et compositeur, Delbrouck est d’une érudition zappaïenne absolument inépuisable. Son livre est une ivresse de détails, de précisions, de références croisées, de commentaires piquants. Pour ses anecdotes hilarantes comme pour le tableau d’une Amérique corsetée dans ses certitudes, ce livre est vraiment délicieux et salutaire." (Bertrand Dicale / Le Figaro)

"Ce premier tome inaugural d'une trilogie biographique annoncée fait déjà office de bible zappaïenne : rien n'est trop fourni, trop précis, trop détaillé, trop fouillé pour ce dieu (ce diable ?) Zappa vénéré par Delbrouck. Où va-t-il chercher tout ça ? Dans quelles mystérieuses archives puise-t-il son savoir ? Sa maison doit ressembler à une bibliothèque d'Alexandrie à moustaches !" (Fred Goaty / Jazz Magazine)

"Un livre incontournable." (Jazzman)

     
 

2000 : Carlos Santana et la danse des solstices (éditions Larivière / collection Rock & Folk)

Inconcevable sans le bain de jouvence de la culture hippie, la saga Santana nous mène d'un petit village mexicain aux plus hautes destinées de la pop internationale. Flamboyant et fiévreux, habité par son désir de musique, Carlos Santana est le dernier alchimiste, le shaman qui a mêlé dans un même creuset caraïbe rock, blues et jazz. Grâce à sa guitare et à ses explosions percussives, la pop a retrouvé un peu de surnaturel, le rock s'est fait world. Minutieusement, La Danse des Solstices raconte les étapes du voyage, sans oublier quel homme aussi est Carlos Santana.

     
 

2000 : Zappa de Z à A (éditions du Castor Astral) Collaboration

Mon intervention sur cet ouvrage se limite (si mes souvenirs sont bons) à la rubrique des concerts mémorables de Zappa. Au départ ce projet devait être écrit à trois : Guy Darol, Dominique Jeunot et moi. J'ai quitté Paris entre-temps et les choses se sont déroulées autrement...

     
 

1999 : Le Nouveau Monde (éditions Paréiasaure)

"Ce n'est plus de l'imagination, c'est de la frénésie. Musicien, journaliste et écrivain, doté d'une trentaine d'années et d'un humour à dérider un crabe, Christophe Delbrouck nous livre ici non pas un recueil mais une vision où se mêlent, aux côtés d'une lucidité acide, poésie, tendresse et peut-être déjà un peu de nostalgie - celle d'un monde dont on ne sait pas encore si c'est celui qu'on a perdu ou celui que l'on cherche." (Editions Alzieu)

Ce livre emportera le lecteur d'ans l'univers douloureusement naïf ou naïvement douloureux d'un homme qui refuse d'être adulte. Parce que c'est trop effrayant de faire ses courses dans une grande surface, parce que c'est trop restrictif de choisir un seul métier. Alors on s'évade en Afrique ("Le jour du Serengeti"), on s'emballe pour le pain après l'avoir fait pour la charcuterie (''De l'art de frôler l'andouille''). De ces nouvelles émane une sourde révolte contre le poids des conventions, quand bien même l'implicite reste de rigueur. Mais ne nous y trompons pas : "Je préfère traiter des sujets tragiques avec un certain décalage : l'absurdité ou la dérision'' explique l'auteur. Seules les six dernières pages du ''Nouveau Monde'' témoignent d'un désaroi sans maquillage, poignant de nostalgie... exprimé par les mots d'un enfants de 12 ans. (Johanne Bénichou - Centre Presse)

     
  1996 : Aventures à petit budget (éditions La Loupiote)

"Proche de l'esprit du Magnifique, un film avec Belmondo en auteur de SAS bourru et défraîchi, le texte surprend par sa vivacité, ses ruptures de narration et son humour." (L'oeuf)

"Une aventure inracontable, souvent très drôle. Vous dire que héros s'appelle Robert Morane ne vous avancera à rien. Il faut le lire." (L'écho Républicain)

PS : L'idée de la collection Zèbres de François Braud était de regrouper sur un même bouquin un auteur connu et un débutant. Excellent. Olivier Thiébault a signé Rock & Vérole et moi Aventures à petit budget qui réunit en fait trois nouvelles : ''Robert Morane bourreau des coeurs'', ''Mission spéciale pour Robert Morane'' et ''Robert Morane contre Docteur No.'' Après coup j'ai réalisé qu'effectivement toute la dramaturgie de ce pan indéboulonnable de la littérature moderne reposait sur un film qui m'avait marqué étant gamin (Le Magnifique). Je n'y ai pas pensé en écrivant mais c'est bien ce genre d'âneries qui a toujours alimenté mon lexique. Depuis il y a eu les OSS 117 avec Jean Dujardin. Faut avouer que sa version de ''Bambino'' est historique.

     
 

1994 : Frank Zappa / Chronique Discographique (éditions Parallèles)

Je ne sais plus ce que j’ai fait des coupures de presse pour ce bouquin, mais il s’est vendu jusqu’au Japon à des prix prohibitfs...

© Christophe Delbrouck 7 chemin du lavoir 86 000 Poitiers tél : 06.31.33.16.40 christophe.delbrouck@wanadoo.fr